Canal de Gap

Histoire

Historique du Canal de Gap

L’histoire des canaux...souvent une histoire d’hommes.

Travaux de renforcement de 1934 à 1950

Depuis 1934, sous l’impulsion du nouveau directeur, il a été fait un excellent travail, entre autres : le pont-aqueduc du torrent d’Ancelle a été injecté de ciment ; à sa suite une solide maçonnerie a rendu le canal étanche, évitant ainsi une très prochaine catastrophe.

Citons aussi : la canalisation du Moulinet, la reconstruction des culées et l’exhaussement de la bâche métallique de Saint-Léger, le pont du Gallivel, la cuvette des Ricous, le mur de Pierre-Beaume, le mur du Moulinet, la cuvette des Gorges, la cuvette de la Boyère, celle des Durgons, les ponts-aqueducs de la Rochette, la galerie des Nivouls.

1934 à 1946

Pendant ce laps de temps
Il a été fait, comme entretien normal :
  • 240 767 francs de dépenses sur la branche-mère,
  • 227 803 francs sur la branche de Charance,
  • 200 000 francs sur la branche de la Rochette.
Les grands travaux
Pont de Malcombe

 Pont de Malcombe

Les grands travaux ont absorbé 2 016 239 francs sur la branche-mère, 1 966 903 francs sur la branche de Charance, 125 154 francs, sur la branche de la Rochette. Les arrosants devraient avoir la curiosité d’aller sur place, se rendre compte de ce qui a été fait et de quelle façon les travaux ont été exécutés.

Malheureusement, tout n’a pas été fait. Les travaux urgents ne manquent pas ; la prise doit être rétablie ; chaque année, le barrage provisoire coûte de 45 à 50 000 francs, il est démoli 2 à 3 fois pendant la saison des arrosages.

Il faudra attendre les années 1950 pour que l’Etat prenne en charge la construction d’une nouvelle prise telle qu’elle existe actuellement.

Sur la branche-mère, 6 km de canal doivent être rendus étanches, tous les passages supérieurs doivent être reconstruits d’un bout à l’autre ; un mur de soutènement est indispensable entre le canal et le Torrent d’Ancelle.

Sur la branche de Charance, le pont de l’Oursatas n’est plus qu’une passoire disloquée ; l’étanchéité du canal est à rétablir sur 1 km de longueur, la rigole de Tallard rongée par le ravinement du Torrent de Malcombe est à déplacer sur 250 mètres ; la chute de Fontbonne a besoin d’une réfection complète, ainsi que les ponts-aqueducs de Combevinouse et de la Drogue. En plus de cela, il faut revoir toutes les rigoles de distribution qui sont en très mauvais état et assurer l’entretien normal. Les travaux ont été obligatoirement interrompus pendant la guerre et ce n’est pas ce qui arrange le canal.

  

1947

Le canal à pont du Fossé en 1940Travaux à Charence en 1951Travaux torrent d'Ancelle 1934Travaux sur la branche Mère

De gauche à droite : 1/Le canal à Pont du Fossé en 1940 - 2/Charance 1951 - 3/Torrent d’Ancelle 1934 - 4/Branche Mère


 



Dés qu’il a été possible d’avoir les matériaux nécessaires, une bâche en ciment armé a été établie au-dessous de la ferme des Fauries, sur la branche de la Rochette, dont le propriétaire élevait de vives réclamations.

On sait que devant l’impossibilité de réunir une majorité des arrosants, les syndics ont donné leur démission, sauf un, et que Monsieur le Préfet s’est vu dans l’obligation de nommer un Comité Syndical qui a accepté la lourde charge. Par ce Comité, la situation a été examinée et des conclusions ont été tirées. Il a été décidé d’abord d’entreprendre immédiatement la réfection complète du canal dans le passage du Buzon ; cette réfection s’impose car une catastrophe était imminente ; le canal à ciel ouvert sera remplacé par une canalisation enterrée ce qui la mettra à l’abri des intempéries. Il a fallu contracter un emprunt de 6 000 000 francs, la participation de l’Etat, soit 4 000 000 francs s’ajoutant à cette somme. Les travaux ont commencé depuis octobre ce qui permettra de ne pas retarder le chargement du canal.