Canal de Gap

Infrastructures hydrauliques

Ouvrages de transport

Les ouvrages de transport...infrastructures qui permettent d’acheminer la ressource en eau jusque sur les points où elle est attendue pour satisfaire des besoins.

Canaux

Dans les canaux (ou écoulements à surface libre) tels que la branche mère, la branche de Charance, l’écoulement se fait à « surface libre » c’est à dire au contact de l’air et de la pression atmosphérique.

L’eau s’écoule gravitairement et parallèlement à la pente du terrain.

La branche mère

La branche mère du Canal de Gap est l’ouvrage adducteur situé du dessableur des Ricous à la sortie du tunnel du col de Manse.

Elle est essentiellement constituée d’une conduite en béton monolithique réalisée selon le procédé « SATUJO ».

Cette canalisation de 2.200 mm de diamètre et de 12.000 m de longueur est enterrée sur l’essentiel de son linéaire.

La branche de Charance

Le canal de la branche de Charance parcourt le versant sud-est de la montagne de Charance sur 14 Km environ.

Il a son point de départ à la cote du canal 1 140 m avec une pente assez régulière dont la moyenne est de 0.00065 m/m.

Son rôle dans le transport de l’eau est majeur puisqu’elle alimente 65 % du périmètre du Canal.

Son débit de pointe est de 2 000 l/s

Elle alimente :
  • la réserve des Manes,
  • de Corréo,
  • de Pelleautier par l’intermédiaire du feeder de la réserve D’, elle-même située à l’extrémité du feeder A-D’.

Plusieurs prises directes pour l’alimentation des réseaux en aspersion et ponctuellement en gravitaire sont installées tout au long du tracé.

Le canal de la branche de Charance est posé sur une montagne instable ce qui impose régulièrement des travaux plus ou moins importants.

Elle dessert les réseaux suivants :

Code réseau et nom

Superficie (Ha - a - ca)

Nombre

 

Cadastrée

Souscrite

Parcelles

Bornes

Sorties

Compteurs généraux

GDEBA

La Garde - Les Barets

31 94 83

31 94 83

20

9

13

0

MAGOM

Les Manes - Les Gondouins

24 11 01

25 51 52

34

9

12

0

SE

La Selle

76 47 44

89 89 58

106

29

51

1

POSTE

Ruissellement

533 25 46

221 48 86

979

 

 

 

Chiffres et dates clés

La branche de Charance constitue l’unique réseau d’alimentation des secteurs non alimentés par le lac des Jaussauds, soit 65 % du périmètre de l’ASA du Canal de Gap.

Elle dispose d’une pente assez régulière dont la moyenne est de 0.00065 m/m. Cette pente peut cependant varier voire ponctuellement s’inverser vers l’amont comme c’est le cas par exemple pour un des tronçons à étancher (écluse de l’Oeuf).

Cet ouvrage d’un linéaire de 14 kilomètres totalise 10 300 ml à ciel ouvert dont 5 200 ml en terre non revêtue, 5 100 ml en revêtement béton ou PVC, 1 250 ml en galerie et 2 450 ml en buses de diamètre 2 000 à 800.

Construite dès l’origine du canal, à partir de 1863, cette branche a subi plusieurs opérations d’étanchéité ou de mise en sécurité de l’ouvrage, notamment au cours des trente dernières années.

On peut citer parmi les plus importantes :
  • Construction du premier tronçon de 190 ml de la galerie des Nivouls en 1875
  • construction d’un tronçon supplémentaire de 930 ml de la galerie des Nivouls en 1936 après un important glissement de terrain
  • construction d’un Cuvelage autoporté à Grosse Vache en 1946.
  • cuvelage d’un linéaire de 5 000 ml entre 1946 et 1970
  • prolongement de la galerie des Nivouls en 1938 après le glissement de terrain de 1936.
  • Renforcement de 30 ml de la galerie des Nivolus par éléments métalliques renforcés de béton en 1989; mise en place de buses métalliques en amont de ce tronçon en lieu et place d’une bâche béton instable et en 1991 au lieu-dit l’Ecluse de l’œuf en lieu et place d’un revêtement chimique.
  • Mise en place d’une bâche PVC sur une longueur de 120 ml en amont de l’écluse de l’Oeuf, de manière à étancher un débit de fuite de l’ordre de 20 l/s et à sécuriser le site instable.
les « Balcons du Gapençais »
Les balcons du Gapencais

 

Pour finir, citons l’attraction touristique de ce canal aménagé dans le cadre d’une convention avec la ville de Gap : La branche de Charance est l’objet d’une mise en valeur touristique. 12 km sont intégrés dans le circuit les « Balcons du Gapençais ».

Les « Balcons du Gapençais » sont un circuit de promenades de 45  km autour de Gap permettant, à pied, à vélo ou à cheval, de découvrir les paysages et le patrimoine du bassin gapençais. Entre la réserve des Jaussauds et la route de Rabou, le circuit longe la branche de Charance.

La ville et l’ASA ont passé une convention concernant l’utilisation des berges, qui prévoit, entre autres, le maintien à ciel ouvert des canaux, la préservation des ouvrages de vannage et la prise en charge des coûts d’entretien du canal, de ses berges et de ses ouvrages par la collectivité.

La galerie des Nivouls

Situé dans une vaste zone de glissement, le tunnel des Nivouls transporte annuellement 40 % des volumes distribués par le Canal. Depuis sa première construction, ce tronçon de canal a dû être reconstruit plusieurs fois.

Principaux évènements depuis la construction.

 

La galerie des Nivouls
  • 1874 : glissement de terrain entre les deux ravines du torrent des Durgons et construction du tronçon de galerie dit « des Serrigues » en 1875 (190 ml)
  • 1906 : glissement de terrain et mise en place de 125 ml de buses de Ø 140 entre les PK 6.500 et 7.100
  • 1935 : aprés rupture de la berge sur une longueur de 50 ml (juillet 33) construction d’une bâche béton en amont de la galerie des Nivouls sur 185 ml (Bâche des Durgons)
  • Janvier Février 1936 : glissement de terrain 300 ml en aval du torrent des Durgons emportant 500 ml de canal. La galerie des Nivouls n’est pas touchée. Construction du deuxième tronçon de galerie dit « des Nivouls » (830 ml)
  • Juin 1967 : Etude SCP avec carte géologique
  • Septembre 1969 : Complément d’étude géologique et projet de creusement d’une galerie plus profonde ou d’un siphon de contournement.
  • Novembre 1970 : mise en place de buses par éléments boulonnés sur 3 secteurs de 17.50 ml (P.R.328) 36.50ml (P.R. 774) 6.00ml (P.R. 934)
  • Février 1989 : remplacement de 6.50 ml de buses métalliques sur le tronçon n°2.
  • Mars 1989 : mise en place de 185 ml de buses métalliques en remplacement de la bâche dite des Durgons.