Canal de Gap

Infrastructures hydrauliques

Ouvrages hydrauliques structurants

Les ouvrages amonts situé en commune de St Jean St Nicolas sont au nombre de 3 et 1 et sont situés sur la commune de Gap.
Ils permettent le captage de l’eau, la séparation des eaux et des graviers, la séparation des eaux et du sable, l’orientation des eaux vers l’Est, le Sud et l’Ouest du bassin Gapençais.

Réserve des Manes

  • Commune : Gap
  • Mise en service : 1994
  • Superficie du plan d’eau : 22 000 m2
  • Profondeur : 8 m
  • Altitude du plan d’eau : 1 130 m NGF
  • Volume utile : 150 000 m3
  • Périmètre irrigué : 907 ha cadastrés
  • Usages : irrigation, secours eau brute

La réserve des Manes

La réserve des Manes est connue de tous les gapençais car bien visible dans les tournants de la RN85 du col Bayard.

Alimentée depuis le canal de Charance, cette réserve de 150.000 m3 est destinée à l’irrigation. Son étanchéité est assurée par une géo-membrane d’étanchéité artificielle.

Situation administrative du réservoir :

La réserve des Manes est une « eau close » au sens du code de l’environnement (article R 431-7). Elle est classée comme intéressant la sécurité publique.

Cette disposition implique une obligation de contrôle régulier sur l’ouvrage par exemple sur son état général, sur les débits de drainage, sur la Piézométrie,…

Tous les 10 ans, la réserve est vidée et contrôlée par des experts habilités.

La qualité de l’eau

Seules les eaux exemptes de toutes formes de turbidités sont admises dans la réserve.

Des analyses conduites pour apprécier l’innocuité de cette réserve (dont les eaux sont au contact d’une membrane artificielle d’étanchéité) ont été confiées au laboratoire CARSO de Lyon agréé par le ministère de la santé.

Les usages de l’ouvrage

La réserve des Manes

Cette réserve est utilisée pour satisfaire les besoins en eau d’irrigation.
Cette réserve irrigue un périmètre de 2 246 ha souscrits.
Les surfaces agricoles cultivées sur le secteur se répartissent comme suit :

  • 86% de cultures fourragères,
  • 3 % d’arboriculture,
  • 6 % de maïs fourrage,
  • 5 % de céréales.

Un fonctionnement très tendu

Le fonctionnement actuel de cette réserve ne donne pas satisfaction aux usagers qui se trouvent régulièrement en rupture d’approvisionnement.

Ceci s’explique techniquement car le projet initial qui prévoit une liaison hydraulique « les Manes/la Garde » n’est pas terminé. La réserve de la Garde prévue n’est pas encore réalisée. Aussi, tous les irrigants du secteur de Gap sont branchés sur la seule réserve des Manes.