Canal de Gap

Ressource et usages

L'eau ressource

Le Drac...la ressource en eau dont bénéficient les communes du périmètre.

Commentaires des résultats par station

Résultats de travaux de l'étude hydrobiologique

Commentaires pouvant être faits pour chacune des stations :

Drac blanc (Drac 0040)

L'indice SEQ-Bio, élevé (>81/100), et le groupe faunistique indicateur, maximal, indiquent l'absence de perturbation significative et situe cette station en classe de très bonne qualité hydrobiologique.

Les Plécoptères représentent 60% des individus (dont 58% pour les seuls Taeniopterygidés). L'abondance des Ephémères Baetidés est également à souligner (38%). La densité est assez forte (> 3 000 indiv./m2).

Drac noir en amont et en aval d'Orcières (Drac 0020 et 0030)

A la station amont, l'indice SEQ-Bio de la campagne de février 2004, proche de la référence naturelle, et le groupe faunistique indicateur, maximal, indiquent l'absence de perturbation à ce niveau, aboutissant au classement de cette station en très bonne qualité hydrobiologique.

Le peuplement est dominé par des taxons rhéophiles, dont certains sont représentatifs d'eaux froides et bien oxygénées tels que les Plécoptères Chloroperlidés, Perlidés, Perlodidés et Taeniopterygidés. Ces différents taxons, tout comme les Ephémères Heptageniidés, sont également caractéristiques d'une bonne qualité d'eau.

La campagne estivale d'août 2004 confirme strictement les résultats de la campagne hivernale (1 528 individus/m2 ; variété taxonomique = 20 ; GFI = 9 avec les Chloroperlidés ; IBGN = 14).

En aval de la Step d'Orcières, si la qualité hydrobiologique reste très bonne selon l'indice SEQ-Bio et le GFI, la structure du peuplement est toutefois sensiblement modifiée par rapport à l'amont avec une régression des familles les plus exigeantes au profit de taxons moins polluosensibles : absence des Chloroperlidés, Perlidés et Taeniopterygidés représentés par 1 à 2 individus, fort développement des Leuctridés (GFI = 6), en ce qui concerne les Plécoptères ; abondant développement également des Trichoptères Limnephilidés. Ces deux derniers taxons représentent plus de 90% des individus. L'abondance est voisine de 7 200 individus par m2, ce qui peut traduire un effet eutrophisation du rejet de la Step avec le développement de taxons plutôt détritivores (72% de Limnephilidés, présence notable des Ephémères Baetidés, par ex.). Les auteurs attribuent également une part de ce changement à une modification de l'habitat avec une diminution de la pente et de la vitesse d'écoulement.

La campagne estivale d'août 2006 confirme cette dégradation avec une absence totale des Plécoptères du groupe 9, ce groupe faunistique étant représenté par les Leuctridés (qui donnent le niveau du GFI) et les Némouridés, l'absence des Trichoptères Limnephilidés mais la forte abondance des Ephémères Baetidés (16% des individus) et des Diptères Simuliidés (42%) et Chironomidés (25%).

Drac en aval du barrage des Ricous (Drac 0050)

Si l'indice SEQ-Bio et le groupe faunistique indicateur, maximal, lors de la campagne de février 2004 situent cette station en classe de très bonne qualité hydrobiologique, la note indicielle IBGN ne la situe qu'en bonne qualité, où les trois paramètres se situent lors de la campagne estivale d'août 2004 (baisse de richesse, de GFI avec les Taeniopterygidés remplacés par les Leuctridés, de note indicielle IBGN qui devient moyenne, d'indice SEQ-Bio qui descend à 63/100). La qualité hydrobiologique de l'année 2004 est donc simplement bonne. On constate toutefois un rapport de densité de 1 à 4 entre les campagnes d'hiver et d'été (720 indiv./m2 en février vs 2 830 en août). Ceci est lié plus particulièrement à une forte abondance des Diptères Simuliidés (63% des individus en août).

Drac en aval de St-Jean - St-Nicolas (Drac 0060 et 0070)

Les résultats sont similaires aux deux stations : la qualité hydrobiologique donnée par l'indice SEQ-Bio et le groupe faunistique indicateur reste ainsi très bonne, ainsi que la note indicielle IBGN. Toutefois, la structure du peuplement diverge fortement entre ces deux stations : l'abondance des Plécoptères Taeniopterygidés et Leuctridés et des Trichoptères Limnephilidés décroît fortement en aval de Chabottes au profit des Diptères Chironomidés et Simuliidés (79% des individus à eux deux dont 55% pour les seuls Chironomes). Ceci traduit l'impact des rejets organiques de la Step du Moyen Champsaur.

Si la note indicielle (14/20) est équivalente en août 2006 à la station la plus aval (Drac 0070), l'effectif est multiplié par 2,5 et la richesse taxonomique gagne 10 unités. Par contre la structure du peuplement est relativement identique, même si les Diptères ne représentent plus qu'un peu plus d'un tiers du peuplement sensiblement à égalité avec les Ephémères Ephémérellidés.